Liban 2019: À la croisée des chemins

Chronique, Analyse et Reportage Photo

Liban 2019: À la croisée des chemins

Et la vie continue (?)

Après une semaine chargée en émotions, nous avons repris la route ce week-end, ma femme, mon fils et moi, à la recherche du grand air, mettant le cap vers le nord en roulant aussi loin que possible, du moins aussi longtemps que durera la sieste du petit ! Sortis de l’auto pour nous dégourdir les jambes, nous sommes tombés sur un petit coin de paradis figé dans le temps, quelque part au début du siècle dernier. Des vestiges d’un vieux train, avec une plaque qui raconte comment le chemin de fer fut construit pour relier le Liban du Nord au Sud, et plus loin vers la Palestine et jusqu’aux grandes villes syriennes – le tout construit il y a plus de 125 ans, le premier trajet ayant été inauguré en 1892 ! Il a fallu amputer une partie de ce parcours en 1948 pour des raisons évidentes, et puis le coup de grâce en 1975… Lorsque je constate que ces voies qui nous ont liés tous ensemble ont réellement existé, je me dis qu’il ne nous reste plus qu’à écouter les voix de ces nouvelles générations qui s’acharnent aujourd’hui à les remettre en état ! 

Nous avons poursuivi la route vers la montagne, cette fois-ci pour nous dégourdir l’esprit. Mes horizons sont limités depuis quelques semaines. Avec tout ce qui se passe, j’ai eu tendance à rester un peu trop scotché au petit écran, au détriment du temps consacré à la famille et à des distractions salutaires. Un gentil rappel à l’ordre de ma douce m’a remis sur le bon chemin : elle ne veut pas, me dit-elle, répéter ce que nous avons subi enfants pendant les années de guerre où les sujets de discussion autorisés se limitaient aux événements, et menaient inévitablement à une overdose généralisée d’un quotidien omniprésent et envahissant. 

Un coup de fil inattendu, accompagné d’une invitation de dernière minute typiquement libanaise, et nous voilà arrivés dans un village blotti le long de la route où une ancienne demeure familiale a été merveilleusement transformée en complexe agrotouristique. Beit Haïfa, ou comment donner chair à sa passion, charmant lieu né du travail acharné d’un homme qui semble infatigable. Et l’accueil chaleureux de ce monsieur reflète ce que la nation entière a de mieux à offrir : un amour pour la terre, une générosité débordante, une fierté du travail bien accompli, une cuisine délicieuse et une attention toute particulière portée aux visiteurs. Preuve, s’il en fallait encore, que le Liban regorge de trésors !

Retour sur Beyrouth à temps pour ma routine du soir qui est bien rodée à présent : taper de la casserole sur le balcon à 20 heures précises et lire quelques histoires à mon fils pour l’aider à s’endormir. Une fois mes missions accomplies, je descends de chez moi à pied pour faire un tour de la place des Martyrs, écouter ce qui se dit et faire le plein de cette détermination ambiante. La place déborde de monde et d’énergie ; elle grouille d’idées et de débats enflammés avec l’espoir d’éclairer un tant soit peu cette grande lutte que mène le peuple. Je suis impressionné de constater à quel point l’organisation de cet espace de contestations évolue, prend forme(s), gagne en maturité et surtout combien cette nouvelle génération a bien pris les choses en main. Prions afin qu’elle puisse mener notre bateau et ce projet d’un Liban nouveau à bon port.